Projets et consultations

Réaménagement du parc de la Providence

La Ville de Sainte-Catherine prévoit réaménager le parc de la Providence, situé entre les rues Lamarche et de la Providence, en 2024. 

Il est prévu d'y installer des jeux d'eau, de nouveaux modules de jeux, des balançoires, une aire de détente, un bâtiment de service, des aménagements paysagers et de l'éclairage. 

La Ville désire également trouver des solutions pour conserver le couvert forestier actuel, dont la pérennité est menacée, puisqu'il est composé majoritairement de frênes. 

Soucieuse de demeurer à l'écoute des citoyens, la Ville a tenu un processus de consultation publique en mai 2022 afin de recueillir leurs préférences et propositions pour le réaménagement du parc. 


Mise en contexte

Le parc de la Providence est situé à la frontière de Sainte-Catherine avec Delson. Délimité par les rues Lamarche et de la Providence, le parc dessert principalement le quartier environnant. Il est présentement composé d'une aire de jeu, d’un sentier et d’un boisé.

On trouve à proximité quelques établissements scolaires, un CPE et des garderies, des terrains sportifs et récréatifs ainsi qu'un CHSLD et une résidence pour personnes âgées. En plus de ces constituantes majeures, le quartier se caractérise par la présence de quelques espaces verts et parcs, dont le parc des Bateliers, le parc Karine-Dubé, le parc Jogues et l’espace vert des Saules. S’ajoute à cela la proximité avec la voie maritime du fleuve Saint-Laurent et ses abords.

La Ville de Sainte-Catherine a mandaté la firme Stantec pour l’accompagner dans le cadre du projet de réaménagement du parc de la Providence. Ce projet vise à revoir l’aménagement et la programmation du parc afin d’en faire un espace attrayant et adapté aux besoins des habitants du quartier résidentiel au sein duquel il est situé.

  • Étudier le secteur, ses enjeux, ses opportunités et analyser les options envisageables selon des critères établis;
  • Consulter les citoyens afin de recueillir leurs attentes, leurs préoccupations et leurs idées;
  • Proposer un nouveau concept pour le parc adapté aux besoins des usagers, en respectant les orientations de la consultation publique; 
  • Proposer des solutions pour revitaliser le boisé existant dans le concept proposé.

La sécurité

La sécurité du parc est relative à ses accès, sa visibilité depuis la rue ainsi qu’à l’éclairage en son sein.


La cohabitation avec le voisinage

Le parc de la Providence partage ses limites avec les cours arrières et latérales d'habitations voisines, ce qui occasionne des enjeux de maintien de l’intimité des propriétés privées ainsi que des enjeux sur le plan de la cohabitation sonore.


L’attractivité

L’attractivité de parc de la Providence est relative aux jeux qu’on y retrouve qui sont plutôt génériques ainsi que des couleurs et des matériaux du parc qui peuvent distinguer le parc parmi les autres de la ville.


La valeur écologique

Le parc de la Providence contribue au bilan environnemental de la ville par la fourniture de services écologiques, notamment au regard de la gestion de l’eau et de la biodiversité.

Il est à noter que le parc de la Providence comprend une large superficie boisée. Le boisé est composé exclusivement d’une seule essence végétale : le frêne. Le frêne est fortement affecté par l’agrile, un insecte envahisseur et ravageur. Le dépérissement du boisé du parc de la Providence est donc à prévoir à court terme et le concept de réaménagement prévoit son remplacement afin de conserver le couvert forestier.

Consultation publique

Le processus de consultation publique incluait deux séances d'information et d'échange ainsi qu'une boîte à idées. Tous les citoyens de Sainte-Catherine étaient invités à y participer.

Les sujets suivants ont été abordés :

  • La disposition et le choix des modules de jeu et des balançoires;
  • Les espaces de détente et de jeu libre;
  • Les liens actifs menant au parc;
  • La protection et la valorisation du couvert forestier;
  • Les rapports entre les usagers du parc et le voisinage.


Faits saillants de la consultation

Quatre thèmes principaux se sont démarqués parmi les échanges qui ont eu lieu durant consultations publiques.

Offrir un espace où cohabitent les différents intérêts de tous les groupes d’âge est un aspect important pour le futur parc de la Providence. C’est une sélection diversifiée de mobilier urbain, d’équipement et d’aménagements qui attirera les différentes générations dans ce même espace.

Alors que le parc de la Providence partage ses frontières avec les cours arrière résidentielles, l’enjeu de la cohabitation est prioritaire. À cet effet, l’intimité des résidents par la protection visuelle avec de la végétation et une luminosité limitée est privilégiée. De même, le choix des équipements de jeux occasionnant peu de bruit et le choix du mobilier fixé au sol sont des éléments que les participants ont évoqués.

Les participants considèrent le contact à la nature comme un élément qui bonifie l’expérience au parc. Malgré l’abattage imminent des frênes affectés par la problématique du frêne, il s’agit d’une composante du parc à maintenir par un reboisement auquel le voisinage est intéressé à participer. De plus, la réutilisation du bois de frêne pour la construction d’un parcours à obstacles pour les enfants et l’aménagement d’un sentier ludique dans le boisé sont des idées rassembleuses.

Au détriment des formes plus linéaires, des formes sinueuses et rythmées sont favorisées par les participants. Une géométrie fluide encourage ainsi la déambulation lente et l’exploration des différentes zones de programmation du parc.



Séances d'information et d'échange

La Ville a tenu deux séances d'information et d'échange ouvertes à tous les citoyens de Sainte-Catherine.

Mercredi 4 mai 2022

  • En ligne sur la plateforme Zoom
  • 11 participants formant 2 groupes de discussion

Mercredi 18 mai 2022

  • En présentiel à l'hôtel de ville (offerte aux citoyens qui ont signalé ne pas pouvoir participer à la séance virtuelle)
  • 4 participants formant 1 groupe de discussion

* Seule la partie informative de la séance a été enregistrée. Les discussions ayant eu lieu durant les ateliers d'échange sont résumés à la fin de la séance, en plénière.

Concept linéaire mettant en valeur les vues. Une grande droite permet de voir d’un côté à l’autre du site. Les jeux d’eau sont simples, combinaisons de jets et d’équipements qui se fondent dans le paysage. Dans l’aire de jeu se dresse une grande tour de laquelle les enfants peuvent avoir une vue. Des trampolines et des buttes permettent également des vues à différentes hauteurs.

Les plantations sont basses et la haie crée une barrière sans toutefois fermer complètement le site. Quelques arbres clairsemés offrent de l’ombrage.

Le parc et le boisé deviennent deux entités distinctes où l’on peut être à la vue ou à l’écart selon les besoins de chaque individu.

Appréciation des participants : La majorité des participants estiment que la géométrie de ce concept est trop rectiligne, ce qui pourrait entraîner les cyclistes à emprunter le parc et potentiellement créer des conflits d’usages. De plus, il a été mentionné que la géométrie est peu optimale et laisse moins d’espacement avec le voisinage.

Les usagers du parc sont amenés ici à bifurquer tout au long de leur promenade. La traversée est ponctuée de points hauts et bas ainsi que d’aires de jeu favorisant l’aventure et le dépassement de soi. Le platelage de bois crée un rappel où l’ont permet à l’eau de s’accumuler permet aux enfants de s’y amuser en toute sécurité. Les résidus provenant de l’abattage des arbres peuvent être réutilisés comme paillage dans les lits de plantation et aires de biorétention.

Appréciation des participants : Ce concept est généralement apprécié pour sa géométrie plus découpée. Néanmoins, il est souligné qu’il est difficile de trouver un point calme en raison de la proximité des aires de détentes aux aires de jeux et à l’aire de jeu d’eau. De plus, il serait difficile d’organiser un petit événement selon la configuration proposée.

Les aménagements illustrés au concept favorisent la découverte de lieux et mettent en valeur des matériaux naturels. L’utilisation du bois et des roches est favorisée pour les sentiers et les différentes structures de jeu. De grands arbres et arbustes créent un lieu plus intime et ombragé. En plus de réutiliser le bois des arbres qui devront être abattus, un sentier ludique est proposé afin d’amener les usagers à parcourir le boisé actuel.

Appréciation des participants : Il s’agit du concept ayant émergé comme étant le préféré des trois. Sa géométrie curviligne est fortement appréciée, le dotant d’une signature distinctive. On apprécie beaucoup le sentier du boisé qui semble aussi offrir une zone tampon mieux intégrée. Il est suggéré de bonifier les aires de détente.

Les participants apprécient le cadre naturel du parc représenté par le boisé. Ce type d’espace est peu commun et sort de l’ordinaire des terrains de jeu plus généralement structurés. Il laisse place à la créativité et au jeu libre des enfants. Les participants soulèvent l’intérêt de préserver cet aspect du parc. Les participants reconnaissent que la problématique de l’agrile du frêne mènera à l’abattage des arbres à court ou moyen terme et sont ouverts à voir un reboisement.

De même, les participants soulignent l’utilité de la lisière boisée qui longe le parc et assure une transition avec le voisinage immédiat. Cette zone offre aux résidents riverains davantage d’intimité à leur cour privée et créée une barrière visuelle et quelque peu sonore avec les usagers du parc.

Certains participants font mention de comportements dérangeants de quelques usagers du parc. En effet, certains usagers fréquentent le site hors des heures normales, soit en soirée, et font du bruit et du vandalisme. La durabilité et la résistance des matériaux utilisés pour le réaménagement du parc sont des éléments à considérer dans cette perspective.

Un parc multigénérationnel 

Les participants sont nombreux à souligner l’importance de prendre en considération l’aspect multigénérationnel du parc sachant que le parc est fréquenté par des résidents du CHSLD situé à proximité. Cet aspect pourrait se refléter par l’accessibilité universelle des entrées du parc, de même que par l’ajout d’installations destinées à des usagers adultes comme des hamacs, des lieux de détente et des balançoires pour adultes ou parent-enfant. 

Le choix de mobilier urbain pourrait aussi refléter la diversité des usagers. Les participants apprécient les tables à piqueniques à accès universel, les chaises longues qui favorisent la détente et les bancs de parc mieux adaptés aux besoins des aînés. Ils soulignent l’intérêt d’avoir du mobilier fixé au sol pour éviter les problématiques de vandalisme. 

L’aménagement d’un terrain de pétanque est aussi évoqué bien que le club de pétanque (Âge d'or Katéri) se réunisse déjà dans un autre parc.


La sécurité et l'intimité du voisinage

Certains participants souhaitent voir une zone tampon végétalisée entre les cours résidentielles adjacentes au parc et les zones d’activités du parc afin de préserver l’intimité des cours. Celle-ci s’ajouterait à la clôture déjà existante qui délimite le parc. 

Sur le plan de l’éclairage, il est suggéré de mettre en place deux types d’éclairage : de jour qui marque les heures d’ouverture du parc lorsque la lumière du jour est trop basse et de nuit qui assure la sécurité sans néanmoins être trop lumineux pour ne pas nuire aux résidences voisines.


La multifonctionnalité des espaces

Quelques commentaires des participants font écho à l’idée de créer des aménagements qui ont plusieurs usages. Par exemple, il a été mentionné l’idée de transformer un terrain de pétanque en patinoire l’hiver. De même, l’implantation d’un bac à sable a été remise en question, car on a jugé qu’il s’agissait d’une installation faiblement mise en valeur dans les autres parcs. On propose de laisser place à des initiatives communautaires comme des boîtes à livre ou des jardins communautaires qui favorisent des opportunités de rencontre et de partage entre les membres du voisinage. 

Relativement à l’aire boisée, les participants sont unanimes pour voir cet espace être revégétalisé. Certains suggèrent même de récupérer le bois issu de l’abattage pour en faire du mobilier ou autre. Les participants sont ouverts à l’idée d’aménager dans cet espace un sentier ludique qui permet le jeu libre et qui pourrait évoluer au fil des saisons ou des années par des expositions ou des modifications.



Boîte à idées en ligne

À la suite des séances d'information et d'échange, la Ville a invité les citoyens de Sainte-Catherine à commenter des propositions et à partager leurs idées sur sa boîte à idées en ligne. 

5 au 22 mai 2022

  • Plateforme Cocoriko
  • 36 participants


L’analyse du profil des répondants indique une importante représentation de familles composées de jeunes enfants. En effet, près de 40 % des participants ont affirmé avoir au sein de leur famille des enfants de moins de 13 ans et 8 % des adolescents de 13 à 18 ans. Les résultats compilés représentent donc les intérêts des familles. 

La plateforme a peiné à rejoindre les Sainte-Catherinoises et Sainte-Catherinois de plus de 65 ans. 

Le parc de la Providence est un parc de proximité : la majorité des participants y habitent à moins de 5 minutes de marche. Près du quart des répondants sont situés à une dizaine de minutes à vélo. Une minorité de participants sont situés à quelques minutes en voiture. 

Près de 9 participants sur dix fréquentent le parc de la Providence fréquemment. Ce sont presque le tiers des participants qui le visite sur une base régulière. À l’inverse, quelque 13 % des participants ont répondu le visiter de plus en plus rarement et même jamais.

Les usagers du parc de la Providence y accèdent principalement à pieds (53 %). L’autre moitié des répondants ont affirmé s’y rendre en vélo (29 %) ou en trottinette (15 %).

Cette section représente les intérêts et besoins des répondants concernant l'aménagement du parc de la Providence.

Les participants privilégient des aménagements variés : un espace de jeu actif et de relaxation, où les différents groupes d’âge cohabitent.

D’une part, les participants entrevoient le parc de la Providence comme un lieu de jeu où il est possible de glisser, de grimper et de se balancer. D’autre part, ils sont nombreux à souhaiter pouvoir y relaxer, pique-niquer et se rafraîchir.

Même si l’exercice n’est pas l’activité la plus souhaitée, plusieurs participants ont un intérêt pour l’installation de modules d’entraînement physique pour tous.

De plus, bien que le parc soit de petite dimension ce qui le rend peu propice à la course, les participants sont enclins à permettre le jeu libre. Ils sont aussi nombreux à vouloir marcher dans le boisé. 

Relativement aux équipements de jeux, les participants ont identifié les équipements ci-contre comme étant préférés. Les équipements les plus exclus étaient les carrés de sable, les équipements sur ressort/pivotant et les instruments de musique. Leur opinion était partagée entre les aires de jeux combinées et séparées entre groupes d’âge, ne laissant aucun consensus ne se dégager.



Priorités 

  • Un parc multigénérationnel, permettant aux différents groupes d’âge de fréquenter ensemble le parc selon des intérêts diversifiés. 
  • La cohabitation entre les différents éléments de programmation, afin que le parc devienne à la fois un espace de jeu et de relaxation.

Le parc de la Providence comprendra des jeux d’eau, soit un équipement fortement demandé par les citoyens de la ville. Cette section explore cette dimension du parc. 

Tous les répondants sont en accord pour s’hydrater, que ce soit par l’accessibilité à un abreuvoir ou des équipements de jeux d’eaux pour tous, car certains parents aimeraient jouer avec leur enfant.

La sélection des équipements de jeux d’eau est variée, sans être une nuisance sonore pour les résidents voisins. Les participants souhaitent bénéficier d’une offre de jeux d’eau unique, différente de celle du parc Fleur-de-Lys où l’on trouve le seul jeu d’eau de la ville.

Il serait plaisant d’avoir un parc à eau diffèrent [de celui au Parc Fleur-de-Lys] avec de nouveaux modules d’eau. Du nouveau pour un nouveau parc. - Melanie Leblanc

Plus de 70 % des participants aimeraient qu’une zone ombragée soit aménagée au sein des jeux d’eau. Ils sont aussi presque unanimes à désirer un espace de détente aménagé à proximité des jeux d’eau afin de permettre aux accompagnateurs d’avoir un espace de relaxation tout en surveillant les enfants.

Dans les jeux d'eau, on souhaite être au soleil. Il pourrait y avoir une zone d'ombre à côté pour les accompagnateurs. - Karine Bélair

Les priorités

  • La balance entre l’ensoleillement et l’ombrage au sein et à proximité des jeux d’eau est importante, tout comme l’inclusion d’un espace de détente;
  • La sélection des équipements de jeux d’eau de manière à créer une identité unique au parc de la Providence.

Le boisé du parc est composé d’une quasi-totalité de frênes malades ravagés par l’agrile du frêne. Les chances de survie sont minimes et l’existence même du boisé est compromise à court terme. La Ville souhaite reboiser cette section du parc afin de conserver ce couvert forestier.

Cette section explore les possibilités d’interaction entre les usagers du parc et le boisé. Le boisé est un espace valorisé par les participants. Ils sont tous en accord pour sa transition durable et la majorité est intéressée à participer au reboisement pour conserver un couvert forestier. 

La création d’un sentier ludique pour les enfants dans le boisé est une proposition très appréciée. Plusieurs ont proposé en commentaire la construction d’un parcours à obstacles en réutilisant le bois de frêne.

Il serait intéressant d’utiliser les arbres pour faire de petites tables ou même un petit parcours à obstacles - Melanie Leblanc


Faire de petits parcours à obstacles dans le boisé avec le bois recyclé. Faire des tentes de style tipi avec le bois pour faire des points d’ombre près des jeux d’eau. - Valérie Pilon

Les priorités

  • La préservation d’un couvert forestier par un reboisement durable auquel les citoyens pourront participer.
  • La réutilisation du bois de frêne dans la création d’un parcours ludique.

Cette section porte sur les enjeux de sécurité et de cohabitation avec les résidents riverains. L’éclairage suffisant et la visibilité à travers le site sont les éléments essentiels pour que le parc soit sécuritaire pour tous ses visiteurs. Cela permettrait au parc d’être fréquenté autant de jour que de soir.

L’implantation de pistes multifonctionnelles ou de sentiers polyvalents reliant le parc aux environs est aussi un aspect important aux yeux des participants afin de permettre l’accès en toute sécurité à pieds ou à vélo. 

Plusieurs suggestions ont été faites afin de conserver la quiétude des résidents voisins au parc, notamment l’ajout de végétation à la limite du parc, la présence d’un surveillant de parc et des caméras de sécurité.

À la question Quels éléments de sécurité sont importants pour les utilisateurs du parc et pour les propriétés voisines?, les usagers ont répondu : 

  • Éclairage suffisant = 36 %
  • Pistes sécurisées pour les marcheurs et les cyclistes = 22 %
  • Visibilité à travers le site = 33 %
  • Aménagements paysagers entre le parc et la rue = 8 %

Les priorités

  • L’offre d’un espace sécuritaire et invitant autant de jour que de soir, pour encourager les visiteurs à rester ou à traverser le parc.
  • L’utilisation de divers moyens pour offrir de l’intimité aux résidents riverains à toute heure de la journée.

Cette section réfère à l’aménagement général du parc, sa configuration et le mobilier qu’on pourrait y trouver. 

Le choix de mobilier urbain est varié et expose l’intérêt d’aménager des espaces de relaxation qui permettent de se rassembler, se reposer à l’ombre, faire de la lecture et se balancer tranquillement. 

Voici les éléments de mobilier favoris parmi les propositions : 

Parmi les trois concepts préliminaires, les commentaires des participants démontrent une appréciation de l’exploitation de toute la superficie du parc par les vastes aires de jeux. La mise à profit du boisé et son accès par un sentier sont aussi grandement appréciés. La géométrie des aménagements qui se distingue largement d’un concept à l’autre est aussi un enjeu à prendre en considération, car elle affecte les habitudes de déplacements.




Les priorités :

  • La proximité et l’accessibilité à la nature ainsi que la possibilité de se promener dans le boisé sont prioritaires.
  • La sélection du mobilier permettant des activités de repos pour tous les âges.
  • Une géométrie de forme sinueuse pour réduire la vitesse de circulation et favoriser la promenade.