COVID-19 - Mesures préventives prises par la Ville
27 juil. 9 h 00 : Réouverture de la bibliothèque
Politiques municipales

Politique de développement durable

Découlant du plan d’action de la Vision 2025, c’est avec une grande fierté que la Ville lance sa démarche de consultation publique pour la création de sa première politique de développement durable.

Du 23 au 12 juillet, les résidents de Sainte-Catherine sont invités à répondre à un sondage visant à connaître leur opinion sur les priorités et les enjeux en matière de développement durable. Cette étude, réalisée en collaboration avec le Pôle IDEOS-HEC Montréal, s’inscrit dans une vaste démarche entamée au printemps 2019 en vue de bâtir une première politique de développement durable.

Les réponses recueillies permettront de finaliser la politique de développement durable et son plan d’action.

Laissez aujourd’hui votre « Empreinte d’avenir » pour assurer l’héritage de demain!



Démarche de consultation publique

La Ville de Sainte-Catherine sera accompagnée par quatre partenaires de renoms, représentant les quatre piliers du développement durable. Ceux-ci animeront notamment un atelier d’échange et de sensibilisation par pilier.

  • Le Pôle IDEOS des HEC Montréal chapeautera l’ensemble de la démarche de consultation ainsi que la rédaction de la politique. Il contribuera aussi, par son expertise en gestion des entreprises sociales, à la mise en valeur d’une économie durable.
  • Le réseau Les Arts et la Ville mettra à profit le plein potentiel de la culture dans le développement de communautés durables.
  • L’organisme Vivre en Ville favorisera la mise en place de collectivités viables et de milieux de vie de qualité dans la recherche de l’intérêt collectif et dans le respect des écosystèmes et de l’environnement.
  • L’organisme Communagir, pour sa part, mènera la réflexion sur une vision commune du développement social.
Ateliers

La Ville de Sainte-Catherine et le réseau Les Arts et la Ville ont organisé cette journée de travail collaboratif afin d’analyser de quelle manière la culture peut être une solution à des enjeux sociaux, économiques, culturels et environnementaux.

Pour favoriser un regard transversal sur les enjeux discutés, l'atelier réunissait 35 acteurs du milieu municipal et de la société civile oeuvrant dans différents domaines (économique, environnemental, territorial, de la santé et de l’éducation, etc.).

Les organisateurs souhaitaient, entre autres :

  • Outiller le milieu dans le cadre de la création de la première politique de développement durable de Sainte-Catherine.
  • Faire de la culture un outil de renforcement du tissu social et d’amélioration du bien-être de la population.
  • Renforcer le rôle de la culture dans l’attractivité du territoire, la vitalité de la municipalité et le développement touristique.
  • Outiller les différents secteurs de la société afin qu’ils utilisent pleinement le potentiel de la culture pour développer durablement leur région et pour les aider à avoir une vision globale pour agir ensemble.
  • Faire de la culture un des piliers du développement durable sur le territoire.

Les actions proposées dans le cadre des tables de travail ont d’abord été priorisées en sous-groupes, puis par l’ensemble des participants. 

Cinq grandes orientations en sont ressorties : 

  1. Améliorer, transformer et embellir le cadre de vie et l’environnement par l’action culturelle afin de créer un milieu de vie de qualité : vers l’aménagement culturel du territoire de Sainte-Catherine.
  2. La culture pour favoriser les rencontres dans la population, la cohésion sociale et le bien-être des citoyens.
  3. Mettre en place une gouvernance culturelle transversale, horizontale et participative pour favoriser la mobilisation citoyenne ainsi que les collaborations, les synergies et la cohésion des acteurs locaux.
  4. Favoriser la vitalité culturelle, ainsi que l’accès et la participation des citoyens à la vie culturelle.
  5. Favoriser l’attractivité du territoire et un développement économique par et pour l’action culturelle.

Consultez le rapport final plus en savoir plus sur l'atelier, les actions proposées et l'analyse qui a suivi.

La Ville de Sainte-Catherine a fait appel à Communagir pour animer une journée de sensibilisation et de mise en commun des contributions pour le développement social, pilier du développement durable de la municipalité.

Objectifs de la rencontre

  • Développer une compréhension commune du développement social comme pilier du développement durable.
  • Recueillir le point de vue des actrices et des acteurs résidant et oeuvrant à Sainte-Catherine en développement social sur ce qui doit être mis en place pour mieux contribuer au développement durable.
  • Favoriser l’adhésion des partenaires au processus d’élaboration de la politique et leur implication à sa réalisation.

Le développement social à Sainte-Catherine

À la question : « Quelles sont les initiatives en développement social à Sainte-Catherine? », spontanément, les participantes et participants ont souligné la proximité physique, l’accessibilité, les transports collectifs intramunicipaux gratuits et le fait qu’à Sainte-Catherine, les gestes en développement social sont posés naturellement. Poser des actions cohérentes avec le développement social fait partie de l’approche de la municipalité et de sa vision de développement.

Sur quelles dimensions travaillons-nous à Sainte-Catherine?

Propos sélectionnés et rapportés en grand groupe par les tablées

  • Partage des savoirs : l’intergénérationnel, on en fait, mais il y a encore du travail à faire, possible de l’améliorer.
  • Faire connaître les services aux citoyennes et citoyens. Déjà plusieurs médias municipaux, mais les citoyens ne sont pas au courant…
  • Jardins collectifs.
  • On travaille sur la réussite scolaire – aide aux devoirs –, mais il y a des besoins énormes.
  • La Ville écoute les organismes : travaille de concert pour une offre globale au plan social.
  • Services d’aide alimentaire, cuisines collectives, etc.
  • Les équipements sont une force à Sainte- Catherine : ils sont adéquats, centralisés, accessibles.
  • Beaucoup d’activités familiales, notamment au Récréoparc.
  • La bibliothèque est un lieu très actif, beaucoup d’activités familiales.
  • Centre d’aide aux femmes, acteur régional.

Ce qu’il faut conserver, ce qu’il faudrait créer, ce que l’on devrait cesser

Conserver

  • Mettre en lien les groupes dans les lieux, les événements, etc. Les actions permettant aux différentes personnes d’échanger : l’intergénérationnel par exemple. Mais aussi aux différents organismes
  • Les lieux d’échange, de socialisation, par exemple le Récréoparc qui est beaucoup plus qu’un parc
  • Les consultations publiques menées par la Ville.

Créer

  • Un portrait de la population de demain pour mieux définir les actions à mettre en place (sociodémographique).
  • Une zone Internet : un lieu physique, un pôle visant à mélanger le travail et le loisir.
  • Du réseautage entre les organismes pour renforcer les liens.
  • Organiser du réseautage entre les organismes ainsi que vers les citoyennes et citoyens.
  • Bonifier l’offre intergénérationnelle.
  • Bonifier l’offre aux 8-11 ans.
  • L’intégration socioculturelle professionnelle des nouveaux arrivants et arrivantes.
  • Encourager la synergie privé/social

Cesser

  • Il faut cesser de craindre le changement social, mais plutôt le voir comme une richesse.
  • Le travail en silo : il faut s’ouvrir, entre autres au régional.

Autres réflexions à retenir 

Le transport

  • Le transport en commun, la mobilité durable, sur l’ensemble du territoire est un élément à ne pas oublier :
    • Interrégional
    • Accessible aux personnes défavorisées ne détenant pas de voitures
  • Le transport de la main d’œuvre est une question importante, à cela s’ajoute la mobilité des étudiantes et étudiants et de la population aînée.
    • Pouvons-nous réfléchir à des solutions de rechange innovantes? L’autopartage avec les deuxièmes ou troisièmes voitures personnelles inutilisées, par exemple?

Le soutien aux organismes communautaires

  • Tenir une veille autour des leviers possibles/disponibles au développement social.
    • L’information pourrait être transmise à temps et mieux soutenir l’action communautaire.

L’atelier du 28 novembre 2019 est le premier de deux ateliers de sensibilisation et d’échange sur l’environnement durable à Sainte-Catherine. 

44 personnes étaient présentes à ce premier atelier, dont la mairesse de la Ville de Sainte-Catherine, Jocelyne Bates, 3 conseillers municipaux, 6 personnes présentes à titre de citoyen, 15 représentants d’organisme et 13 employés de la Ville de Sainte-Catherine.

Pour amorcer les échanges, plusieurs images d'inspiration ont été distribuées aux participants. Ces derniers étaient invités à répondre à la question suivante pour eux-mêmes, puis à l’expliquer à leurs voisins de table en se présentant : « Sur cette image, qu'est-ce qui vous inspire pour un environnement durable à Sainte- Catherine? » 

En résumé, les éléments suivants ont été mentionnés :

  • les éléments de verdissement et les aménagements comestibles;
  • les espaces de socialisation et de détente, tant en milieux urbains que naturels (dont les berges);
  • les infrastructures et espaces de mobilité active pour tous ;
  • les rues et boulevard, dont le traitement en fait de véritables milieux de vie (plus étroits, encadrés par les bâtiments, verdissement, place au transports actifs et collectifs, etc.);
  • la mixité d’activités et de types de logements (commerces en rez-de-chaussée, densification à échelle humaine, quartiers multigénérationnels, etc.);
  • les éléments liés aux énergies vertes et renouvelables.

Identification des sujets prioritaires

Huit grands sujets prioritaires de discussions sont ressortis parmi les sujets jugés prioritaires par chacun des participants (de manière individuelle) :

  1. Gestion des matières résiduelles
  2. Verdissement et îlots de chaleur
  3. Construction verte et transition énergétique
  4. Transport collectif et multimodalité
  5. Transport actif
  6. Agriculture et alimentation
  7. Densification et mixité des activités
  8. Berges et gestion de l’eau

Laboratoire d'idées

Table 1 : Gestion des matières résiduelles - 6 personnes

Afin de favoriser une gestion durable des matières résiduelles, il est question de la diversité des matières collectées, de la grande quantité de matières résiduelles produite, de la faible fréquence de collectes pour certaines matières et du traitement écologique d’un maximum de matières résiduelles. Les participants soulignent l’importance de changer les mentalités et les comportements des résidents, des commerçants et des acteurs industriels, tant dans la réduction   à la source que dans le tri de leurs matières résiduelles. Il est question de la disponibilité d’équipements et de collecte pour composter et recycler partout, incluant dans tous les logements, industries, commerces et institutions de Sainte-Catherine. Le service des travaux publics de la Ville produit également des matières résiduelles dont le traitement pourrait être optimisé.

Table 2 : Verdissement et îlots de chaleur - 4 personnes

Les participants soulignent qu’il y a lieu de miser sur les nombreux cobénéfices du verdissement, surtout en contexte de densification. Les participants souhaitent plus de verdure en général et un couvert forestier en croissance. Les enjeux mentionnés sont la qualité du paysage, la présence      ou la création d’ilots de chaleur, la trop grande présence d’asphalte, notamment les stationnements de surface des commerces, la perte de canopée ou la stagnation de celle-ci, la gestion des eaux de pluie face à l’imperméabilisation des sols, l’adaptation aux changements climatiques, l’équité entre quartiers pour les opérations de verdissement et les risques de gentrification associés à ces opérations.

Table 3 : Construction verte et transition énergétique

Sujet non choisi par les participants, mais traité à d’autres tables

Table 4 : Transport collectif et multimodalité - 8 personnes

L’amélioration du transport collectif local et régional est souhaitée pour réduire les gaz à effet de serre et la congestion, pour améliorer l’accès aux emplois et faire face à la pénurie de main- d’œuvre. Cette amélioration devrait tenir compte de l’accès aux secteurs industriels et aux villes avoisinantes, de la flexibilité des horaires (desserte hors pointe), de la complexité de  la tarification, des coûts du transport collectif pour les personnes à faible revenu et du confort des aires d’attentes, de même que des parcours piétonniers pour se rendre à ses aires

L’attractivité du transport en commun et l’accès difficile à certains grands générateurs de déplacements ou certains employeurs sur la rive-sud, comme le Dix30, sont mentionnés. La desserte de la route 132 et son aménagement en faveur de la mobilité durable est soulevé, puisqu’il s’agit d’un corridor structurant pour les participants. Le covoiturage est une solution qui pourrait être davantage utilisée en Montérégie (manque d’incitatifs et de stationnements). La sécurité et l’efficacité des déplacements pour les personnes à mobilité réduite, notamment vers l’hôpital, est également un enjeu mentionné par les participants.

Table 5 : Transport actif - 5 personnes

Pour que le réseau de transport actif réponde aux besoins des différentes clientèles, une vision commune est nécessaire. On mentionne l’importance de revoir la convivialité de la route 132,  où se concentrent les commerces, d’améliorer l’éclairage, de concevoir un réseau dans une visée utilitaire et non seulement récréative, d’assurer le financement de ce réseau utilitaire, d’améliorer la cohabitation des usagers, de faire la promotion des modes de transport actif. Différents types d’aménagement sont mentionnés (rues piétonnes et partagées, voies en site propre, etc). La cohérence du réseau avec les villes voisines est souhaitée. Cela passe par des dispositifs de coordination comme la mise en place d’un comité, le portrait des réseaux et la connaissance des partenaires.

Table 6 : Agriculture et alimentation - 7 personnes

Les saines habitudes de vie et le développement économique de la région sont parmi les enjeux centraux pour mettre de l’avant des mesures dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation. Les échanges portent sur la manière de favoriser une agriculture de proximité, la consommation des produits locaux, la sécurité alimentaire, l’agriculture urbaine de même qu’une meilleure gestion des déchets alimentaires et de leurs emballages. La restauration rapide en particulier est mentionnée comme problématique, tant pour la quantité de contenants et d’emballages produits que pour le type de nourriture offerte.

Permettre l’agriculture urbaine est souhaitée, et il importe de l’encadrer notamment pour prévenir des enjeux de salubrité et d’esthétisme. Certains souhaitent la création d’un marché local, mais ceux déjà mis en place n’ont pas reçu l’achalandage nécessaire malgré l’essai de plusieurs emplacements. Tous les établissements commerciaux et industriels de la Ville doivent être mis à contribution dans le compostage. L’approvisionnement en produits locaux pour les institutions et le développement des habiletés culinaires devraient être encouragés.

Table 7 : Densification et mixité des activités - 6 personnes

La densification devrait être respectueuse du milieu social et bâti dans lequel elle s’insère.  Il  y  a un enjeu d’acceptabilité sociale et de qualité des projets immobiliers. Pour préserver l’intimité des voisins, des superficies plus importantes d’espaces verts devraient être prévues.

Il importe d’établir un dialogue entre promoteurs et citoyens pour raffermir les liens, en créant plus de canaux de communication. D’autres soulignent la difficulté d’accepter le changement d’un

milieu de vie quand on l’a choisi pour ce qu’il était avant. On devrait communiquer les avantages de la densification. La question de la mixité sociale devrait faire partie de la réflexion. Le processus pour les unités d’habitation accessoires parait complexe et limiter aux habitations bi générationnelles.

La mixité d’activités doit être faite de manière à prévenir les nuisances pour les autres usages en place. Elle permet de réduire les déplacements en rapprochant les lieux de travail et de consommation des habitations.

Table 8 : Berges et gestion de l’eau - 5 personnes

L’enjeu de la protection des berges est préoccupant, les terrains en bord d’eau s’effritent rapidement et crée de la sédimentation. Plutôt que de réfléchir de manière morcelée, une solution globale à l’échelle de la rivière devrait être prévue afin de maintenir les bandes riveraines. Les interventions reposent souvent sur la bonne volonté des propriétaires, il y a lieu d’offrir des subventions.

Des communications sur la qualité de l’eau devraient améliorer la perception négative qu’en ont les citoyens, basés sur des incidents isolés. Ce qui est fait pour maintenir la qualité de l’eau, notamment pour la baignade à la plage de Sainte-Catherine, est méconnu.

Une meilleure gestion des eaux de pluie contribuerait également à la réduction des îlots  de chaleur, par exemple en encourageant les projets de jardins de pluie et de noues végétales, de même que la plantation d’arbres.

Mot de conclusion

Madame la mairesse, Jocelyne Bates, prend la parole pour remercier les participants pour leur contribution. Elle rappelle que toutes les bonnes idées évoquées lors de cette journée pour mettre en œuvre le développement durable doivent être mises en relation avec la capacité de payer des citoyens. Des solutions sont déjà proposées pour assurer le financement des services de la Ville, comme la densification, qui pose plusieurs défis. La Ville de Sainte-Catherine est à la croisée des chemins et des choix importants devront être faits pour convenir ensemble des actions à mener pour une ville durable sur tous les plans, incluant financièrement.

L’atelier du 6 février 2020 est le deuxième de deux ateliers de sensibilisation et d’échange sur l’environnement durable à Sainte-Catherine. 

11 personnes étaient présentes, soit 8 citoyens, 1 représentant d’organisme et 2 employés de la Ville de Sainte-Catherine.

Pour amorcer les échanges, plusieurs images d'inspiration ont été distribuées aux participants. Ces derniers étaient invités à répondre à la question suivante pour eux-mêmes, puis à l’expliquer à leurs voisins de table en se présentant : « Sur cette image, qu'est-ce qui vous inspire pour un environnement durable à Sainte-Catherine? » 

En résumé, les éléments suivants ont été mentionnés

  • les composantes de verdissement et d’agriculture, tant sur les bâtiments que dans les espaces privés et publics ;
  • la conciliation entre la nature et le milieu urbain et l’accès à l’eau ;
  • la possibilité de marcher vers différentes destinations et la présence d’aménagements pour les piétons et cyclistes ;
  • l’utilisation d’énergies vertes ;
  • le lien social à travers des activités ou l’accès à des jardins communautaires.

Échanges sur les enjeux prioritaires

Les participants étaient invités à échanger sur leurs choix de priorité, par thématique, afin de mieux cibler les enjeux liés aux thématiques jugées prioritaires.

Petits élevages urbains : Poules, abeilles, etc. 

  • Concernant les poules urbaines et l’apiculture (abeilles), les participants sont en accord     de les permettre tout en encadrant notamment le nombre de poules, le type d’abri, etc. Il est important d’avoir les ressources pour faire respecter les nouveaux règlements. Il faut aussi penser que les abeilles ont besoin d’un pré fleuri.
  • Un participant propose l’instauration de ruchers communautaires près de l’usine d’épuration, où un grand pré fleuri pourrait être planté. Ce lieu, géré par un organisme ou la Ville, pourrait servir à des activités éducatives.
  • Des plantes mellifères pourraient être intégrées dans les aménagements municipaux.
  • « Le miel de Sainte-Catherine » : il est proposé d’en faire une image de marque de la Ville, pour stimuler le sentiment de fierté.
  • L’appellation « villes amies des papillons » est attribuée à certaines municipalités. Sainte-Catherine pourrait aménager des jardins «pour papillons» ou encourager les citoyens à le faire, notamment pour les monarques. 
  • Il devrait y avoir des permis pour les compagnies qui épandent des pesticides, pour s’assurer que ce soit des produits permis afin de protéger la faune et la flore.

Foyers extérieurs

  • Priorité d’agir pour la qualité de l’air : l’interdiction des feux de foyers extérieurs est souhaitée. Certains souhaitent que cette interdiction concerne également les feux intérieurs. L’exemple de Boucherville est cité.
  • Le risque politique d’une telle mesure serait moins grand si c’est la MRC qui imposait cette règle.
  • Il est proposé qu’un inspecteur fasse des contrôles afin d’éviter les conflits entre voisins liés à la délation.

Protection des cours d’eau et accès à la nature

  • Développer davantage le bord de l’eau (la voie maritime, le boulevard Marie-Victorin) avec des sentiers pour piétons, cyclistes et accessibles aux personnes à mobilité réduite.
  • Les terrains le long de Marie-Victorin, en bord d’eau, sont actuellement visés pour la construction de bâtiments résidentiels multilogements. Un participant aurait plutôt souhaité que le long de la piste cyclable se trouvent des espaces publics aménagés (arbres fruitiers, jardins communautaires) ou y voir apparaître des activités collectives, comme un café réparation ou un marché public.
  • La richesse de Sainte-Catherine c’est le bord de l’eau, mais il y a un enjeu de cohabitation piétons/cyclistes.
  • Concernant la protection des cours d’eau, il y a plusieurs enjeux liés : l’érosion,  les bandes riveraines, les espèces envahissantes, etc. Ce sont des enjeux importants pour Sainte-Catherine, de même que pour le récréo-parc.

Agriculture urbaine et verdissement

  • La question des aménagements comestibles est abordée sous plusieurs angles.
  • Les arbres fruitiers sont intéressants pour certains mais d’autres soulignent les enjeux d’entretien de ces arbres.
  • Les potagers en cour avant sont souhaités, et l’enjeu d’esthétisme est abordé. Des formations sont déjà offertes mais elles sont peu populaires.
  • Des jardins communautaires pourraient voir le jour dans certains espaces publics, à l’image des trois jardins existants.
  • La Ville pourrait permettre d’aménager un coin de rue ou petit espace public par les citoyens. Ces derniers seraient appuyés par la Ville pour l’entretien, par exemple.

Aliments de proximité

  • L’accès aux produits locaux pourrait être facilité, par exemple avec un commerce  comme le Cultivateur St-Constant, ouvert toute l’année.
  • Encourager la création d’un groupe d’achat ou publiciser l’existence de ceux déjà en place, le cas échéant, dans une optique d’achat local et d’accès économique à une saine alimentation. Un participant informe les autres que des groupes qui sont déjà actifs dans ce créneau.
  • Actuellement, il y a des espaces verts comestibles à Sainte-Catherine. Les participants apprécient l’initiative, mais se demandent comment clarifier comment fonctionne cette initiative (qui entretient? qui a le droit de cueillir? etc.)

Bâtiment durable

  • En lien avec les projets de consolidation urbaine, un participant souligne que lorsqu’une maison est remplacée, il est d’autant plus important que le bâtiment de remplacement soit intéressant et durable. Notamment, prévoir des bornes de recharge pour voitures électriques, des toits verts, etc.

Milieu de vie durable

  • La priorité devrait être d’avoir un centre-ville qui se marche, avec des commerces de proximité, afin que ce soit proche, facile d’accès, sécuritaire et agréable à marcher.
  • Les travaux sur la rue Union sont bien réussis. Les mesures d’apaisement de la circulation ont pu être choquantes au début, mais finalement c’est utile pour ralentir la circulation.

Mobilité durable

  • Le transport en commun est important. Il faut s’assurer du respect des horaires par les bus, de viser l’efficacité, mais aussi la cordialité des chauffeurs,
  • Plusieurs participants souhaitent que la Ville soit un environnement agréable pour la marche, même sur la route 132.
  • Concernant la route 132 et les transports actifs, plusieurs remarques :
    • Il est certes complexe de réaliser des projets intermunicipaux, et avec le ministère des Transports, mais cela ne devrait pas freiner les projets d’amélioration. L’enjeu de sécurité est extrêmement important, la 132 c’est un défi énorme pour la marche.
    • Il importe de travailler sur la connexion piétonne entre les deux villes de part et d’autre de la 132. Pour commencer, il y a lieu de  prolonger  le  temps  de traversée. On peut aussi prévoir des zones de refuge pour les piétons au milieu     de la voie dans le cas où on n’a pas le temps de traverser entièrement cette voie très large.
    • L’intégration du transport en commun sur la 132 devrait être planifiée, en lien avec le REM notamment.

Compost, recyclage et gestion des matières résiduelles

  • Cet enjeu est jugé important, mais comme c’est déjà en cours, le niveau de priorité est moins élevé.
  • Lorsqu’on impose de nouvelles normes ou un nouveau système, comme dans le cas du bac brun, il importe d’être vigilent et de réaliser des inspections. Actuellement, le compostage n’est pas fait par tous.
  • Faciliter l’accès à l’information, notamment concernant les jours de collecte.

Autres éléments mentionnés 

  • Gérer l’herbe à poux : il y a lieu d’encourager la plantation de graminées plus tolérantes, du trèfle, etc.
  • Mettre en place des cafés réparation pour encourager le réemploi.
  • En environnement, la notion d’éducation et de formation est importante.
  • Encourager ou appuyer l’arrivée d’un commerce zéro déchet.
  • Il faudrait que Sainte-Catherine développe des projets durables qui nous distinguent.
  • La municipalité a un grand rôle à jouer pour entamer des projets, mais il y a aussi lieu de demander aux citoyens intéressés de s’impliquer.
  • Offrir un rabais de taxes si un citoyen met des actions durables en place à son échelle.
  • La Ville doit être forte dans ses ambitions pour le développement durable, il faut être proactif et ambitieux, donner l’exemple, faire appliquer et mettre en œuvre les projets et règlements.
  • Faire participer les citoyens qui s’intéressent au développement durable, créer un comité environnemental municipal avec des citoyens, ou avoir des citoyens ambassadeurs de l’environnement

Autres consultations

Les festivaliers de Ma Ville en Fête ont laissé leurs empreintes sur une large bannière au kiosque de la Ville. Près de 200 personnes ont pu étamper leurs pouces et inscrire leurs idées d’actions en matière de développement social, économique, environnemental et culturel à Sainte-Catherine. D’ailleurs, la Ville a collecté l’ensemble des propositions :

  • 11 pour l’économie
  • 48 pour l’environnement
  • 17 pour le social
  • 5 pour la culture

Économie

  • Remettre aux commerçants une trousse zéro-déchet
  • Connaître les magasins locaux
  • Développement et réorganisation des espaces verts
  • Vendre le miel des ruches de la Ville aux citoyens
  • Apprendre à travailler en société, commencer à donner une qualité de vie
  • Diminuer les taxes de 5% tout en diminuant les dépenses de la Ville de 5 %
  • Élimination des sacs plastiques dans les commerces
  • Plan promo d'accueil pour les nouveaux commerces et entreprises
  • Service conseil d'actions écoresponsables pour les commerces et entreprises
  • Investir ou se faire subventionner par des institutions privilégiant les énergies renouvelables
  • Organiser des échanges d'outils et de matériels entre voisins

Culture

  • Inviter Roxanne Bruneau
  • Club photo
  • Activités sportives et équipes sportives, elles font parties de la culture. Lien d'appartenance
  • Construire une pumptrack, faire bouger nos enfants (voir Bromont et Waterloo)
  • Organiser des "Jam ta ville" (impro musicale) et des soirées d'improvisation (humour)

Social

  • Programme de médiation citoyenne pour e bon voisinage
  • Plus de CPE, plus d,activité pour promouvoir les parcs
  • Du badminton en après-midi
  • Activités maman-bébés
  • Du badminton
  • Piscine publique extérieure
  • Ajouter une tyrolienne
  • Distribution de plantes potagères contre une denrée non périssable "guignolée d'été"
  • Donner de l'argent aux pauvres
  • Pour l'accessibilité universelle, des vélos adaptés pour les citoyens à mobilité réduite et en perte d'autonomie
  • Trottoir sur St-Laurent
  • J'aimerai avoir des forfaits bien-être et d'autres activités sportives pendant la journée car le soir c'est impossible pour moi
  • Plus d'activités "nature" pour les enfants au ROP (Parc Oka)
  • Traverse sécuritaire de la 132 pour aller à St-Constant (vélo et piétons)
  • Une nouvelle installation aquatique (piscine) plus grande et plus récente
  • Un parc aquatique pour tous les enfants

Environnement

  • Planter des arbres pour éliminer le CO2 dans l'air et éliminer les sacs de plastiques
  • Ramasser les déchets de manière créative
  • Plus de recyclage et plus de compostage
  • Les poules urbaines
  • Consigne de verre
  • Nouvel horaire des feux de foyer extérieur
  • Planter des arbres pour ajouter de l'ombre au niveau des trottoirs et des pistes cyclables
  • Qu'on réduise le gaspillage
  • Ramasser les déchets qui sont dans le fleuve
  • Ramasser un déchet par jour
  • Paille en métal
  • Ne pas jeter les déchets par terre
  • On ne met pas les déchets par terre
  • Ramasser les déchets dans le rue
  • Ramasser les déchets par terre lors du Jour de la Terre
  • Ne pas jeter les déchets dans l'océan
  • On ne doit pas jeter les papiers
  • Gobelet récupérable dans les restaurants ou cafés
  • Installer des bacs de compost à chaque maison
  • Compostage, plus de pistes cyclables, plus de poubelles de recyclage dans les endroits publics
  • Fermer l'eau du robinet quand on en a plus besoin
  • Recycler davantage, composter et plus de poubelles
  • utiliser moins d'essence planter des arbres
  • Borne électrique parc Optimiste
  • Faire son potager

Environnement (suite)

  • Autoriser les jardins en avant des maisons
  • Installer plus de bornes électriques, mettre fin aux sacs plastiques
  • Tondre les espaces verts de la ville ave des moutons. Installer des ruches dans les espaces verts "vides" (lignes haute tension)
  • Satisfait du stationnement d'un côté. Bonne idée
  • Ramasser les déchets à chaque dîner
  • Jeux de celui qui ramasse le plus de déchet gagne un prix
  • Plus d'arbre, de poubelles et d'espaces verts pour la marche. Ces espaces sont notre identité
  • Élimination des sacs plastiques
  • Ramasser des déchets
  • Planter d'autres arbres
  • Interdire l'arrosage des pelouses
  • Petite compostière domestique rapide sans odeur et efficace
  • On ne doit pas jeter les  papiers par terre
  • Abreuvoir, station de remplissage des bouteilles d'eau
  • Planter plus d'arbres dans la ville. Ex. Une naissance, un arbre
  • Un meilleur déneigement l'hiver
  • Plus de compost et plus de recyclage dans les grands événements.
  • Mettre des bacs de compost
  • Arrêter les verres de styromousse
  • Faire un concours de celui qui ramasse le plus de déchets par terre
  • Arrêter de polluer la ville
  • Ne pas jeter l'eau de pluie

Les employées de la Ville se sont promenées sur le site de l’événement pour sonder les citoyens sur leur vision en termes de développement durable. Lors d’un sondage, les citoyens ont eu la chance de donner leur avis sur les points forts de la Ville ainsi que les enjeux.

La municipalité a également organisé un rallye ayant pour but de valoriser le commerce local. En l’honneur de la politique de développement durable, vingt-cinq trousses de produits économiseurs d’eau et un baril récupérateur de pluie ont été tirés parmi les participants. Lise Côté, gagnante du baril récupérateur de pluie, peut maintenant arroser son jardin et ses fleurs avec une source d’eau écologique.

Une consultation auprès des employés de la Ville s'est déroulée lors d'une activité de découverte du Service de l’aménagement du territoire et du développement économique, effectuée à l'interne. Le Service a présenté la démarche Empreinte d’Avenir aux employés et leur a demandé de proposer chacun une ou plusieurs actions à prendre en termes de développement durable. 

Nombre de participants | 68

Sujets prioritaires 

  • La réduction des déchets
  • La gestion de l’eau
  • Les transports

Dans le cadre des aventures estivales, une coanimation sur le thème de l'eau a été réalisée lors de l'activité Technoscience 101. Deux groupes d’enfants, respectivement de 5 à 8 ans et de 9 à 12 ans 12 enfants, ont participé à cette activité. 

Nombre de participants | 19

Activités

  • Présentation du cycle de l’eau
  • Sensibilisation au gaspillage de l’eau
  • Différenciation des énergies fossiles et renouvelables
  • Création d’un parcours d’eau en objets recyclés

Observations

  • Les enfants sont sensibles aux notions de préservation des ressources et de pollution.

Nombre de participants | environ 20

Activités

Observations principales

  • Le bar laitier l'Escale, le parc Optimiste et le RécréoParc sont des lieux très importants pour les citoyens,
  • Le bord de l’eau est la base identitaire du boulevard.
  • L’aménagement et le confort des parcs doit être amélioré davantage.
  • Le partage de la Route Verte est à revoir.
  • La construction des condominiums déplait aux citoyens.

Participants | environ 6

Activités

  • Sensibilisation sur l’herbe à poux
  • Sensibilisation sur la consommation d’eau potable
  • Consultation sur les actions limitant le gaspillage de l’eau et sur le développement durable en général

Résultats

  • Les citoyens qui sont venus discuter sont très concernés par le sujet du gaspillage de l’eau.
  • Des initiatives touchant la réglementation et les subventions ont été proposées.
  • Les citoyens ont suggéré quelques actions quotidiennes qu’ils réalisent chez eux et que tout le monde pourrait appliquer.

Les enfants des camps de jour de Sainte-Catherine ont été invités à participer à cet atelier de sensibilisation en créant une bombe à graine, un outil amusant à réaliser, qui permet végétaliser un milieu.

Nombre de participants | environ 160 enfants + 14 animateurs

Activités

  • Sensibilisation sur l’importance des végétaux en milieux urbains
  • Réalisation d’une bombe à graine par les enfants

Observations

  • Les enfants ont été très attentifs à la partie éducative et ont su répondre aux questions.
  • Ils sont conscients de l’importance des arbres et des bénéfices qu’ils procurent en milieu urbain.

Nombre de participants | environ 25

Activités

  • Sensibilisation sur l’herbe à poux
  • Jeu de sensibilisation à l’écologie locale
  • Consultation sur les mesures à mettre en place pour préserver la biodiversité locale

Observations

  • Les citoyens et les enfants ont apprécié le jeu sur l’écologie locale.
  • Exemple d’idées qui ont été proposées par les citoyens : 
    • corvées d’arrachage de plantes nuisibles;
    • corvées de nettoyage, de manière ludique;
    • activités nature;
    • éducation environnementale aux plus jeunes;
    • plantation de fleurs mellifères.

Nombre de participants | environ 16

Activités

  • Partage du kiosque avec la MDJ
  • Quizz ludique et consultation sur le développement durable

Observations

  • Les suggestions obtenues concernent principalement la réduction des déchets.

Dans le cadre des aventures estivales, une coanimation sur le thème de l'eau a été réalisée lors de l'activité grands créateurs. Des enfants de 5 à 12 enfants ont participé à cette activité. 

Nombre de participants |

Activités

  • Questions sur les déchets plastiques et leur réduction
  • Réalisation de péllicules alimentaires réutilisables et d’éponges en bas recyclés
  • Discussion avec les enfants sur des actions qu’ils pourraient faire quotidiennement

Observations

  • Les enfants étaient très intéressés par l'activité.
  • Les enfants ont compris comment utiliser les péllicules alimentaires.
  • Les enfants souhaitent ramasser les déchets qu’ils trouvent par terre pour réduire la pollution.

Nombre de participants | 5

Activités

  • Partage de données sur la consommation énergétique du Québec,
  • Consultation sur des solutions quotidiennes citoyennes et sur les mesures municipales à mettre en place
  • Sensibilisation sur l’herbe à poux

Observations 

  • La mauvaise organisation des transports collectifs est la principale cause de l’utilisation de la voiture de manière individuelle.
  • Des suggestions d’initiatives fiscales et d’éco-taxation (principe du pollueur-payeur) ont été proposées.

Nombre de participants | environ 65

Activités

  • Sensibilisation à l’herbe à poux,
  • Consultation sur l’aménagement d’une ville verte :
    • À quoi ressemble votre ville verte de demain ?
    • Imaginez Sainte-Catherine dans 10 ans en tant que ville pionnière du développement durable

Observations

  • Des citoyens de tous les âges ont participé en grand nombre.
  • Priorité principale en environnement : les espaces verts et les arbres en ville.
  • Priorité principale en développement social : une piscine municipale et des jeux d’eau.
  • Priorité principale en développement culturel : plus d’intégration des cultures étrangères.
  • Priorité principale en développement économique : plus de magasins pour les jeunes.

Le CPE La boîte à bizous a été approché pour réaliser un atelier de sensibilisation avec les enfants de plus de 2 ans. Les tout petits ont été invités à participer en créant une bombe à graine, un outil amusant à réaliser qui permet végétaliser un milieu.

Nombre de participants | environ 50 + 6 éducatrices

Activités

  • Sensibilisation sur l’importance des végétaux en milieux urbains
  • Réalisation d’une bombe à graine par les enfants

Observations

  • Concept d’environnement encore très flou chez les tout-petits.
  • Ils ont su expliquer avec leurs mots les rôles bénéfiques des arbres.
  • Ils ont adoré l’activité et ont tous été très fiers de leur bombe.
partagez vos idées!
Comment pouvons-nous vous aider?