Histoire et démographie


Jeune d’esprit et de cœur, la Ville de Sainte-Catherine a été fondée en 1937, mais il y a plus de trois cents ans que les premiers habitants, ayant découvert qu’il faisait bon y vivre, s’y sont installés.

Le territoire, qui longtemps été désigné sous le nom de côte Sainte-Catherine, a d’abord été occupé par la mission des Iroquois en 1676 avant de se joindre à l’histoire des autres côtes de la seigneurie de La Prairie pendant deux siècles. Il s’est ensuite transformé au fil du commerce fluvial et de la maîtrise des rapides du fleuve Saint-Laurent pour devenir la municipalité de la paroisse de Sainte-Catherine en 1937, puis en 1973, cette ville moderne où il fait toujours aussi bon vivre.

Des projets bénéfiques

La paroisse de l’époque n’a cessé de se développer, notamment grâce à l'ouverture du pont Mercier en 1934 qui a fortement contribué à rapprocher la côte Sainte-Catherine de Montréal, ainsi que celle du pont Champlain, une trentaine d'années plus tard, qui a confirmé l'entrée de la paroisse dans la grande banlieue montréalaise. La construction de l'écluse de la Voie maritime du Saint-Laurent vers la fin des années 50, a quant à elle largement participé à la transformation historique du territoire.

Une population croissante

La population augmentant rapidement dans les années 50 a mené à l’obtention du statut de ville en 1973. Depuis, d’année en année, elle n’a cessé de croître et de se réinventer. 

Avec ses 17 000 habitants et ses nombreux projets, la Ville de Sainte-Catherine est aujourd'hui l'un des territoires les plus dynamiques de la Rive-Sud de Montréal. 

Apprenez-en davantage sur l’incroyable histoire de la Ville de Sainte-Catherine dans le Vieux Journal diffusé lors des Fêtes du 75e anniversaire de la Ville.



Le logo de la Ville de Sainte-Catherine se distingue par ses lignes épurées et ses symboles forts, tous synonymes d’une qualité de vie exceptionnelle.

La bande verte à la base du logo signifie le calme et la proximité avec la nature dont bénéficient tous les citoyens. La bande bleue qui la surmonte représente quant à elle l'écluse de la Voie maritime du Saint-Laurent et l’importance qu’elle revêt pour la ville. Au sommet trônent une bande bleue foncée et un arbre, signes ultimes du développement constant et de l'urbanisme réfléchi de cette ville qui croît avec droiture, stabilité et force.  

Utilisation du logo

Toute utilisation du logo ou des armoiries nécessite le consentement de la municipalité. Notez que l'usage des logos antérieurs est strictement interdit.

Afin de demander l'autorisation de la Ville, communiquez avec le Service des communications par courriel.

Sainte-Catherine a de quoi être fière de ses armoiries et de la devise qu’elles portent.

Elles consistent en un écu français moderne, entouré de deux rameaux. Le rameau de laurier du côté droit symbolise la gloire, alors que le rameau d'olivier du côté gauche symbolise la paix. 

L'écu est divisé en deux parties principales, soit le Chef et le Corps :
 
La partie engrêlée du Chef montre la voie maritime du Saint-Laurent portant un bateau moderne, symbolisant le commencement du développement commercial et industriel de la municipalité. 

Le Corps de l'écu est écartelé en quatre quartiers, unis par une croix symbolisant le caractère chrétien de la population. Les partitions de l'écu portent les caractéristiques principales de la municipalité. Une feuille d'érable sur le quartier du Flanc dextre symbolise le Canada. Le Flanc sénestre porte l'image de Sainte-Catherine, patronne de la municipalité. Deux tiges de blé croisées sur le Canton de la pointe dextre en indiquent le caractère agricole. Le Canton de la pointe sénestre montre une fleur de lys soulignant le caractère et l'héritage français de la population. 

La devise de l'écu porte l’énoncé « IN MEDIO STAT VIRTUS », c’est-à-dire « La vertu est au milieu ».

Pourquoi le nom de Sainte-Catherine? La ville a porté plusieurs noms jusqu’à ce qu’on lui confère son titre de municipalité en 1973 et que le choix s’arrête sur Ville de Sainte-Catherine – un rappel des noms de Kateri Tekakwitha et de Sainte Catherine d’Alexandrie, autrefois choisie comme patronne alors que la ville n’était encore qu’une paroisse.

Après Pocahontas, Kateri Tekakwitha est l’Amérindienne la plus connue dans le monde, et pour cause: elle a été canonisée par le pape Benoît XVI en 2012 – une nouvelle qui a fait le tour de la planète.

Kateri Tekakwitha signifie Celle qui avance en hésitant. C’est également le nom donné à cette jeune iroquoise qui s’est démarquée par sa ferveur religieuse dans les années 1660 et à qui plusieurs guérisons ont été attribuées. Depuis, de nombreux pèlerins se recueillent à Sainte-Catherine où Kateri aurait passé les dernières années de sa vie. 

Apprenez-en davantage sur la canonisation de Kateri Tekakwitha.

Bien avant d’être un centre municipal , Aimé Guérin a été l’un des plus célèbres cageux de l’histoire de Sainte-Catherine, soit l’un de ces courageux qui guidaient les radeaux de bois dans les rapides du Saint-Laurent. 

Aujourd’hui, le centre municipal porte le nom Aimé-Guérin en l’honneur de ce brave homme qui a su léguer sa bonté et son courage aux citoyens. Mais ce n’est pas tout, Aimé Guérin était également surnommé le Vieux prince, découvrez pourquoi

Saviez-vous que la beauté naturelle du Récré-O-Parc est en partie une œuvre humaine? Il s’agit du résultat de la volonté d’embellir les rives et de les offrir aux citoyens, à la suite des travaux de la Voie maritime du Saint-Laurent.

Un parc fait de couchers de soleil majestueux, de forêt, de sentiers et de plage proposant une foule d’activités, pas mal non? Apprenez-en davantage sur la création du Récré-O-Parc et sur les nombreuses activités à y faire.

Comment pouvons-nous vous aider?